Cdf, coffret de relayage


CDF, coffret de relayage pour ventilateurs de désenfumage, à logique programmée
CDF est un Dispositif Actionné de Sécurité (DAS) conformément à la norme NF S 61-937 et au règlement particulier AFNOR 278 “Marque NF, coffrets de relayage pour ventilateur de désenfumage”

Le coffret de relayage CDF® est conçu pour assurer la commande en puissance d’un seul ventilateur de désenfumage. 
Coffret à logique programmée, il est compatible avec tous les types de commande (émission/rupture, 24/48 Vcc) et possède une mémoire de position non volatile pour repartir, après une coupure de courant, sur la dernière position du coffret. 
Chaque coffret est équipé d’un pack contrôle qui regroupe le contrôle d’isolement et le contrôle de présence tension (suppression du câble CR1 utilisé pour le contrôle d’état du disjoncteur magnétique en amont du coffret). Le contrôle d’inversion et de symétrie de phase (sauf modèles monophasés).  La carte contrôle directement l’état du pressostat et l’interrupteur de proximité. 
L’affichage se fait en façade de la position du coffret et du diagnostic automatique des défauts pour montage et intervention rapides. La mémorisation et visualisation se fait à l’aide du bouton test en façade des 125 derniers défauts rencontrés.
Le coffret de relayage CDF® est un Dispositif Actionné de Sécurité (DAS) conformément à la norme NF S 61-937 et au règlement particulier AFNOR 278 “Marque NF, coffrets de relayage pour ventilateur de désenfumage”.
 

SECURITE INCENDIE ET INSTALLATIONS DE VMC EN BATIMENTS RECEVANT DU PUBLIC

Au sein des bâtiments tertiaires, la réglementation prévoit pour les Etablissements Recevant du Public (ERP) des dispositions générales du règlement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique  (Arrêté du 25 juin 1980, complété par Arrêté du 14 février 2000).

En synthèse la réglementation de sécurité prévoit en cas d’incendie :

•           le désenfumage des locaux en cas d’incendie
•           la non-propagation du feu et des fumées par les installations de VMC.

Les Etablissements Recevant du Public (ERP) sont cartographiés en type selon la nature de leur exploitation, en catégorie suivant l’effectif composé du personnel et du public et en groupe.

Il existe donc 5 catégorie d’ERP :

  • 1ère catégorie : au-dessus de 1 500 personnes
  • 2ème catégorie : de 701 à 1 500 personnes
  • 3ème catégorie : de 301 à 700 personnes
  • 4ème catégorie : 300 personnes et au-dessous à l’exception des établissements compris dans la 5ème catégorie
  • 5ème catégorie : établissements faisant l'objet de l'article R. 123-14 dans lesquels l'effectif du public n'atteint pas le chiffre minimum fixé par le règlement de sécurité pour chaque type d'exploitation.

Les natures d’exploitation des Etablissements Recevant du Public (ERP) sont :

 

J

Structures d’accueil pour personnes âgées et personnes handicapées

L

Salles d’auditions, de conférences, de réunions, de spectacles ou à usage multiple

M

Magasins de vente, centres commerciaux

N

Restaurants et débits de boissons

O

Hôtels et pensions de famille

P

Salles de danse et salles de jeux

R

Etablissements d’enseignement, colonies de vacances

S

Bibliothèques, centres de documentation

T

Salles d’expositions

U

Etablissements sanitaires

V

Etablissements de culte

W

Administrations, banques, bureaux

X

Etablissements sportifs couverts

Y

Musées

PA

Etablissements de plein air

CTS

Chapiteaux, tentes et structures itinérants ou à implantation prolongée ou fixe

SG

Structures gonflables

PS

Parcs de stationnement couverts

OA

Hôtels-Restaurants d’altitude

GA

Gares accessibles au public

EF

Etablissements flottants

RM

Refuges de montagne

 

Enfin, pour l'application du règlement de sécurité, les Etablissements Recevant du Public (ERP) sont classés en deux groupes :

  • le premier groupe comprend les établissements de 1re, 2e, 3e et 4e catégories
  • le deuxième groupe comprend les établissements de la 5e catégorie.

A cela, l'effectif des personnes admises est déterminé suivant les dispositions particulières à chaque type d'établissement. Il comprend :

- d'une part, l'effectif des personnes constituant le public ;

- d'autre part, l'effectif des autres personnes se trouvant à un titre quelconque dans les locaux accessibles ou non au public et ne disposant pas de dégagements indépendants de ceux mis à la disposition du public.

Toutefois, pour les établissements de 5e catégorie, ce dernier effectif n'intervient pas pour le classement.

Lorsque l'effectif déclaré ayant permis de classer l'établissement subit une augmentation ou une diminution de nature à remettre en cause le niveau de sécurité, l'exploitant doit en informer le maire.

Pour la suite du présent règlement, le terme : "établissement", employé sans autre qualification de sa nature, a le sens "d'établissement recevant du public".

Pour la suite du présent règlement, les expressions "local destiné au sommeil", "local réservé au sommeil" et "hébergement" désignent les seuls locaux destinés au sommeil du public la nuit.

 

DESENFUMAGE

Règlement de sécurité contre l'incendie relatif aux établissements recevant du public

Arrêté du 22 mars 2004

  • DF 1 : Objet du désenfumage

Le désenfumage a pour objet d'extraire, en début d'incendie, une partie des fumées et des gaz de combustion afin de maintenir praticables les cheminements destinés à l'évacuation du public. Ce désenfumage peut concourir également à :

- limiter la propagation de l'incendie

- faciliter l'intervention des secours.

  • DF 2 : Documents à fournir

Les documents à fournir en application de l'article GE 2 (§ 2) comprennent :

- un plan comportant :

- les emplacements des évacuations de fumée et des amenées d'air ;

- le tracé des réseaux aérauliques ;

- l'emplacement des ventilateurs de désenfumage ;

- l'emplacement des dispositifs de commande ;

- une note explicative précisant les caractéristiques techniques des différents équipements.

  • DF 3 : Principes de désenfumage

§ 1. Le désenfumage peut se réaliser naturellement ou mécaniquement suivant l'une des méthodes suivantes :

- soit par balayage de l'espace que l'on veut maintenir praticable par apport d'air neuf et évacuation des fumées ;

- soit par différence de pressions entre le volume que l'on veut protéger et le volume sinistré mis en dépression relative ;

- soit par combinaison des deux méthodes ci-dessus.

§ 2. Pendant la présence du public et dans le cas de la mise en place d'un système de sécurité incendie (SSI) de catégorie A, le désenfumage doit être commandé avant le déclenchement de l'extinction automatique à eau dans les bâtiments protégés par une telle installation.

§ 3. Les installations de désenfumage mécanique doivent être alimentées par une alimentation électrique de sécurité (AES) conforme à la norme NF S 61-940. Toutefois, dans le cas où les dispositions particulières propres à chaque type d'établissement n'imposent pas un groupe électrogène, les installations suivantes peuvent être alimentées, dans les conditions de l'article EL 14, par une dérivation issue directement du tableau principal du bâtiment ou de l'établissement :

- installations de désenfumage mécanique des établissements de 1re et 2e catégorie dont la puissance totale des moteurs des ventilateurs d'extraction des deux zones de désenfumage les plus contraignantes est inférieure à 10 kW ;

- installations de désenfumage mécanique des établissements de 3e et 4e catégorie.

Lorsqu'un groupe électrogène est imposé ou prévu, la puissance nécessaire au désenfumage doit permettre l'alimentation des moteurs d'extraction et de soufflage des deux zones de désenfumage les plus contraignantes.

§ 4. Dans le cas d'une alimentation pneumatique de sécurité (APS) à usage permanent ou à usage limité alimentant des installations de désenfumage naturel, la réserve d'énergie de la source de sécurité doit être suffisante pour pouvoir assurer la mise en sécurité des deux zones de désenfumage les plus contraignantes.

§ 5. En cas de mise en fonctionnement du désenfumage, la ventilation mécanique, à l'exception de la ventilation mécanique contrôlée (VMC), doit être interrompue dans le volume concerné, à moins qu'elle ne participe au désenfumage. Cette interruption s'effectue par arrêt des ventilateurs. L'arrêt des ventilateurs est obtenu :

- depuis le CMSI, à partir de la commande de désenfumage de la zone de désenfumage concernée, dans le cas d'un SSI de catégorie A ou B ;

- à partir d'une commande, placée à proximité de la commande locale de désenfumage ou confondue avec celle-ci, dans le cas d'un SSI de catégorie C, D ou E.

Dans le cas où la ventilation de confort doit être maintenue, cette interruption s'effectue par fermeture des clapets télécommandés de la zone de compartimentage concernée.

  • DF 4 : Application

§ 1. Les dispositions du présent chapitre sont applicables aux types d'établissements visés au titre II, livre II, du règlement de sécurité.

Elles concernent :

- la mise à l'abri des fumées ou le désenfumage des escaliers ;

- le désenfumage des circulations horizontales ;

- le désenfumage des compartiments ;

- le désenfumage des locaux.

Ces dispositions, le cas échéant, sont précisées par les dispositions particulières propres à chaque type d'établissement. L'instruction technique relative au désenfumage dans les établissements recevant du public décrit les différentes solutions de désenfumage.

§ 2. Le recours à l'ingénierie du désenfumage est autorisé et doit faire l'objet d'une note d'un organisme reconnu compétent par le ministère de l'intérieur après avis de la Commission centrale de sécurité. Cette note précise, après accord de la sous-commission départementale pour la sécurité contre les risques d'incendie et de panique sur les hypothèses et les scénarios retenus :

- les modèles et codes de calcul utilisés ;

- les critères d'évaluation ;

- les conclusions au regard des critères d'évaluation.

Les documents afférents tant à l'approche d'ingénierie du désenfumage entreprise qu'à cette note doivent figurer au dossier de sécurité prévu à l'article GE 2 du règlement.

§ 3. Les matériels entrant dans la constitution de l'installation de désenfumage doivent être conformes aux textes et normes en vigueur, en particulier à celles concernant les systèmes de sécurité incendie visés à l'article MS 53. De plus, les matériels suivants :

- dispositifs de commande ;

- coffrets de relayage.*

doivent être admis à la marque NF.

* Les deux premiers tirets "exutoires et volets" ont été supprimés par l'arrêté du 29 juillet 2014. Entrée en vigueur le 1er septembre 2014.

  • DF 5 : Désenfumage des escaliers

§ 1. Pour limiter ou éviter l'enfumage des escaliers encloisonnés, ceux-ci peuvent être désenfumés par un balayage naturel ou mis en surpression par rapport au(x) volume(s) adjacent(s). En aucun cas, les fumées ne sont extraites mécaniquement.

§ 2. Le désenfumage d'un escalier non encloisonné n'est pas exigible, si les volumes avec lesquels il communique directement (niveaux, locaux, circulations, etc.) ne sont pas obligatoirement désenfumés.

Si ces volumes sont désenfumés, l'escalier doit être séparé des niveaux inférieurs par des écrans de cantonnement et désenfumé au niveau supérieur par l'intermédiaire du volume avec lequel il communique.

§ 3. Le désenfumage des escaliers desservant au plus deux niveaux en sous-sol n'est pas exigible.

§ 4. Le désenfumage ou la mise à l'abri des fumées des escaliers desservant plus de deux niveaux en sous-sol est obligatoire. Ceste prescription ne concerne pas les escaliers desservant les parcs de stationnement.

  • DF 6 : Désenfumage des circulations horizontales encloisonnées et des halls accessibles au public

§ 1. Pour limiter ou éviter l'enfumage des circulations horizontales encloisonnées, celles-ci sont désenfumées par un balayage naturel ou mécanique. Ce désenfumage n'est cependant obligatoire que dans les cas suivants :

- circulations de longueur totale supérieure à 30 mètres ;

- circulations desservies par des escaliers mis en surpression ;

- circulations desservant des locaux réservés au sommeil ;

- circulations situées en sous-sol.

§ 2. (Arrêté du 22 novembre 2004) « Les halls, en application de l'article CO 34, § 1, sont considérés comme des circulations.

Toutefois, ils sont désenfumés dans les conditions prévues pour les locaux lorsque l'une au moins des conditions ci-dessous est remplie :

- le désenfumage des circulations horizontales du niveau concerné est exigé ;

- leur superficie est supérieure à 300 m2. »

§ 3. Exceptionnellement, les circulations horizontales peuvent être mises en surpression, à condition que tout local desservi par ces circulations soit désenfumable. Seul le local sinistré est désenfumé simultanément.

  • DF 7 : Désenfumage des locaux accessibles au public

§ 1. Les locaux de plus de 100 m2 en sous-sol, les locaux de plus de 300 m2 en rez-de-chaussée et en étage, ainsi que les locaux de plus de 100 m2 sans ouverture sur l'extérieur (porte ou fenêtre) sont désenfumés. Ce désenfumage peut être réalisé soit par tirage naturel, soit par tirage mécanique.

§ 2. Dans le cas où les dispositions particulières propres à chaque type d'établissement autorisent la communication entre trois niveaux au plus, le volume ainsi réalisé est désenfumé comme un local unique, dès lors que la superficie cumulée des planchers accessibles au public est supérieure à 300 m2.

  • DF 8 : Désenfumage des compartiments

Les compartiments, tels que définis à l'article CO 25, lorsqu'ils sont autorisés par les dispositions particulières propres à chaque type d'établissement, sont désenfumés dans les conditions suivantes :

- si le compartiment comporte des cloisons toute hauteur (de plancher bas à plancher haut), les circulations, quelle que soit leur longueur, sont désenfumées ainsi que les locaux définis à l'article DF 7 ;

- si le compartiment est traité en plateau paysager, ou avec des cloisons partielles, l'ensemble du volume est désenfumé selon les modalités prévues pour les locaux.

  • DF 9 : Entretien et exploitation

Il doit être procédé périodiquement par un personnel compétent aux opérations suivantes :

- entretien des sources de sécurité selon les dispositions de l'article EL 18 ;

- entretien courant des éléments mécaniques et électriques selon les prescriptions des constructeurs ;

- entretien du système de sécurité selon les dispositions de l'article MS 68 et suivant la notice du constructeur.

Les règles d'exploitation et de maintenance sont définies à l'article MS 69 et dans la norme NF S 61-933.

  • DF 10 : Vérifications techniques

§ 1. Les installations de désenfumage doivent être vérifiées dans les conditions prévues aux articles GE 6 à GE 10 (Arrêté du 25 juin 1980)

§ 2. La périodicité des vérifications est de un an. Elles concernent :

- le fonctionnement des commandes manuelles et automatiques ;

- le fonctionnement des volets, exutoires et ouvrants de désenfumage ;

- la fermeture des éléments mobiles de compartimentage participant à la fonction désenfumage ;

- l'arrêt de la ventilation de confort mentionné à l'article DF 3, § 5 ;

- le fonctionnement des ventilateurs de désenfumage ;

- les mesures de pression, de débit et de vitesse, dans le cas du désenfumage mécanique.

§ 3. Lorsque existent une installation de désenfumage mécanique et un système de sécurité incendie de catégorie A ou B, les vérifications sont effectuées tous les trois ans par un organisme agréé.

Le montage, câblage et test du coffret de relayage CDF® sont faits en usine.

SIMPLE D'INSTALLATION
Installation intérieuer et  extérieure possible
Possibilité d'installer le setionneur de proximité au coffret sur certains modèles, si à moins de 2m du ventilateur de désenfumage

SIMPLE D'UTILISATION ET MAINTENANCE 
Une entrée de télécommande permet le passage d'un fonctionnement confort éventuel en position d'attente à un fonctionnement désenfumage en position sécurité qui reste prioritaire.
Tous les coffrets désenfumage + confort disposent d'une entrée de télécommande "délestage"

FIN DE CYCLE DE VIE
Le respect de l’Environnement est au cœur des préoccupations de notre entreprise.

La prise en compte des aspects environnementaux de nos produits s’est traduit par de nombreux investissements pour la mise en œuvre de nos solutions éconologiques®, et l’obtention de la certification ISO 14001 de nos activités de conception et de fabrication.

Nos équipements sont en effet considérés comme des Equipements Electriques et Electroniques et entrent à  ce titre dans le champ d’application de la directive Européenne 2012/19/UE  du 4 juillet 2012 relative aux déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE), qui définit l’obligation de prise en charge des déchets professionnels, leur recyclage et leur traitement final.

Soucieux de l’application de la réglementation, nous avons mis en place un partenariat avec l’éco-organisme agréé ECOLOGIC, qui assurera en notre nom l’enlèvement, le démantèlement et le traitement des produits arrivés en fin de vie.

Retouvez dans l'onglet documentation de la gamme, le document CALADAIR - DEEE PARTENARIAT ECOLOGIC pour la gestion de vos enlèvements.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus